ROYAL-DESCENT ™


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marche pas trop vite ; arrête-toi [PV Lorella]

Aller en bas 
AuteurMessage
Michael Behr
~MISUNDERSTOOD don't let me be~
avatar

Messages : 500
Date d'inscription : 24/06/2009
Age : 28
Crédits. : Nickel Fuego

Carte d'Identité Royale.
SCHOOL YEAR: Quatrième Année
RELATIONS:
MORE & MORE:

MessageSujet: Marche pas trop vite ; arrête-toi [PV Lorella]   Jeu 7 Jan - 17:53

La pluie venait enfin de cesser tomber de tomber lorsque j'entrais dans le château, les cheveux complètement humides et la peau glacée. Mon iPod sur les oreilles, j'avançais dans ce lieu chaleureux mais au physique si froid. Je montais quatre à quatre les marches du château et arrivais enfin jusque dans ma chambre où la douche m'attendais. Elle semblait m'appeler, après l'eau glaciale venant du ciel, l'eau surchauffée venant du ballon d'eau chaude m'attendait. The Queen avait le chic pour faire des plaisanteries graveleuses. En arrivant dans la baignoire, le corps nu et frigorifié, je pu y lire sur le robinet : "Retourne-moi, réchauffe-toi". C'était signé de la grande dame. L'on m'avait prévenu que toutes les chambres du château possédaient un message personnalisé de sa part mais je n'y avais jamais prêté attention. C'était seulement maintenant que je pouvais y lire ce qu'elle avait marqué. C'était plus qu'osé de la part d'une femme que l'on ne voyait jamais et qui prônait la chasteté de marquer des choses comme ça. Et, déjà refroidit par le temps pourri extérieur, à présent voila que ma douche me refroidirait aussi.

*Incorrigible vieille fille !* Pensais-je, peut-être tout haut ou tout bas, je l'ignorais, tout en tournant le robinet d'eau chaude et essayant de chasser cette image d'une Reine nue, de ma tête. L'eau chaude cependant me réchauffait, elle me faisait du bien même si j'étais sur qu'en sortant, ce serait le rhume assuré et probablement avec de la température et quelques jours au lit. Par chance, le week-end approchait, j'aurai deux jours complets pour me reposer et guérir. L'eau qui s'écoulait du pommeau de douche chutait sur les moindres parcelles de mon corps se réchauffant à leurs contact.

Une fois la douche terminée et un bon séchage en règle, je me cherchais des nouveaux habits tandis que je posais mes autres vêtements dans un panier que j'enverrai à la laverie. Je faisais tout moi-même au château. Je ne supportais pas de laisser mes habits être lavé par des femmes de chambres guatémaltèques sous-payées. Elles ne méritaient pas qu'on les traite en esclaves. En les lançant dans le panier destiné à la laverie, je ne pu m'empêcher de me rappeler là fois où Amy et moi sommes restés des heures ensemble à papoter tandis que l'on attendait la fin du lavage de nos vêtement qui ne vint jamais. La machine en effet, avait subit trop de dommage, nous ne connaissions pas le dosage et l'avons tout simplement fait exploser, elle et son tambour. Nous étions trempés, de la javel partout, nos vêtements était fichus mais qu'est-ce que nous avions ri ce jour là en compagnie de La Jalouse et Du Gros Cube Blanc. Cela c'était passé l'année dernière, ce fut un grand moment d'anthologie, et depuis, les secrets des machines à laver ne m'échappent plus.

Cependant, une fois habillé, je refonçais à l'extérieur de ma chambre. Je devais me rendre au foyer, l'on m'attendait. Pourtant, une fois dans le couloir entre toutes les ailes du deuxième étage, je m'arrêtais, reconnaissant une jeune femme blonde assise sur le rebord des arcs du couloir qui rappelait un cloitre. Je m'approchais d'elle, sur et certains d'y reconnaitre Lorella Hess-Düringer. Lorsqu'elle était en première année et moi en troisième, j'étais son tuteur. Je devais me charger d'elle, j'étais responsable de son comportement. Si elle connaissait des problèmes, elle devait d'abord m'en parler. C'est une véritable relation complice qui se créa grâce à ce tutorat. Je m'approchais d'elle puis, avec un sourire, la regarda.
"- Salut Lorella !" Dis-je, enthousiaste de revoir une bonne amie que je n'avais plus revue de tout l'Eté. A présent, elle était en deuxième année et n'était plus sous mon tutorat. Cependant, j'espérais vraiment que l'on resterai de bon amis. Je la regardais en continuant de sourire. Etrangement, durant cet été, elle semblait avoir grandit. En même temps, lorsqu'on ne voit pas une personne pendant un moment, on a toujours cette sensation que la personne à changé.

_________________


• SNOWED UNDER • There's a cold voice on the air
You've been looking everywhere
Someone to understand your hopes and fears
Well, I've thought about that for many long years •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorella Hess-Düringer

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 21/12/2009
Age : 25
Crédits. : Acide Edulcoré (c) Piggy

Carte d'Identité Royale.
SCHOOL YEAR: Deuxième Année
RELATIONS:
MORE & MORE:

MessageSujet: Re: Marche pas trop vite ; arrête-toi [PV Lorella]   Ven 8 Jan - 17:01

J’étais installée dans ma chambre sur mon lit et j’observais la pluie qui tombait dehors. Ce matin là je m’étais réveillé avec le coeur lourd et morose. La journée me sembla longue et insipide. Ce jour-là, rire me parut être la chose la plus dure au monde. Je me demandais si j’avais même jamais su rire un jour… C’était comme si tout le bonheur que j’avais éprouvé de retourner à l’école c’était dissipé. J’en vins même à me demander ce que je faisais là, au milieu de cette école royale à me prélasser dans un environnement superbe alors que j’aurais pu être autre part à faire quelque chose de plus utilise. Pour la première fois j’aurais aimé être n’importe où plutôt qu’à l’intérieur des murs de cette école. Et la journée enfin finie je retournai m’enfermer dans ma chambre à observer la pluie qui tombait. On aurait dit que je n’étais pas la seule à être d’humeur mausade ce jour-là…

Je ne sais pas combien de temps je passai à observer la pluie tomber sans penser à rien. Peut-être une heure, peut-être moins, peut-être plus… Je n’en sais rien. Mais à un moment je me dis qu’il fallait que ça s’arrête, que je me reprenne en main. Tristesse et Dépression n’ont jamais été des mots présents dans mon vocabulaire à long terme et ce n’était pas ce jour là que ça allait commencer. Ainsi, je me levai de ma chambre, attrapai mon sac à main qui trainait sur mon lit ainsi que mon iPod et sortit de ma chambre. Je n’avais pas la moindre idée de ce que j’allais faire mais peut importe. Quitte à aller faire le tour du château en me promenant et en écoutant de la musique, tout serait mieux que de rester dans ma chambre à regarder la pluie tomber. Je mis mes écouteurs dans mes oreilles et allumai mon iPhone pour voir ce que j’allais bien écouter. Ma bibliothère musicale personnelle ne contenait presque que de la musique classique. Il y avait peut-être une dizaine de morceaux de rock mais aucun de techno. Je n’ai jamais aimé cette musique qui ressemble plus à un gros boum boum qu’à autre chose. Quand je sors en soirée ou en boite avec des amis je parvenais à la supporter parce que l’ambiance s’y prêtait bien, mais je suis incapable d’écouter ce genre de musique quand je suis toute seule.

Finalement je choisis d’écouter les Quatre Saisons de Vivaldi. Une musique vive et enjoué qui allait certainement me faire beaucoup de bien. Dès les premières notes de musique, je me sentis aller mieux. Un sentiment de bonheur infini m’envahit très vite. Toute la morosité accumulé ce jour là était en train d’évacuer mon corps. Au creux de mon ventre, je sentis mon estomac se noué d’émotion. Tous les poils de mon corps étaient en train de se hérisser et j’en avais presque la chair de poule. Il ne s’agissait pas de signes de stress ou de peur mais bien de bonheur. A chaque fois que j’écoute de la musique classique la même chose se produit. C’est un sentiment tout simplement magnifique sur lequel il est impossible de mettre des mots. La seule chose que j’aurais pu dire c’est ce que je me sentais de nouveau totalement heureuse.

Je déanmbulais alors dans les couloirs avec le sourire aux lèvres et je décidai d’aller m’asseoir sur un des bancs du couloir du deuxième étage. Bien confortablement installée avec mon ma musiques dans les oreilles j’observais les allées et venues des élèves passant par là. Ceux qui me connaissaient s’arrêtaient pour me dire bonjour avant de retourner à leurs occupations. Et puis à un moment, j’entendis la voix d’un garçon s’adresser à moi mais que je n’avais pas vu arriver. Un simple “Salut Lorella” mais je n’eus aucun mal à reconnaitre cette voix. Je tournai quand même la tête dans sa direction pour en être sûre et j’aperçus ainsi Michael Behr. Il avait le sourire aux lèvres et semblait assez content de me trouver là. Je m’empressai de me lever pour aller lui faire la bise.


“ - Bonjour Mr Behr. Alors comment allez vous depuis la dernière fois que nous nous sommes vus ? Avez-vous passez de bonnes vacances ?”


L’année précédente, lors de ma première rencontre avec Michael qui devait être mon tuteur pour ma première année au château, j’avais été tellement intimidé que je n’avais pas pu m’empêcher de le vouvoyer. A cette époque là, j’étais encore parfois un peu timide, et Michael avait l’air tellement imposant que j’avais eu peur de lui manquer de respect en osant le tutoyer. Mais rapidement j’avais appris à avoir confiance en lui et à ne plus le craindre. Depuis, je n’avais plus jamais utilisé le vouvoiement. Mais pour cette première nouvelle rencontre après deux longs mois de vacances j’eus envie de le réutiliser comme un petit clin d’oeil à notre première rencontre.

“ – Alors ça fait quoi d’être parmis les plus grands maintenant ? Tu vas te mettre à terroriser toutes les premières années, comme certains le faisaient l’année passée ? Remarque, je t’imaginerais bien dans le rôle du grand méchant loup.”


J’offris à Michael mon sourire le plus taquin pour bien lui montrer que je ne faisais que rigoler. Il devait se dire que j’avais bien changé depuis l’année passée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Marche pas trop vite ; arrête-toi [PV Lorella]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des évènements qui se passent trop vite, un tas de nouveau amis.
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Michel Berger
» reçit de st hub
» ✘ Manic Monday ✘|| PV Cale & Abby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ROYAL-DESCENT ™ :: ••- HIGHLAND CASTLE :: « Le Deuxième Etage. :: Couloirs-
Sauter vers: